Présentation UTL Quimper
 
Conférences et exposés
 
Voyages d'études
 


- Les oiseaux de nos jardins -

Le Groupe d’études ornithologiques des Côtes d’Armor (GEOCA) organise et relaie depuis 2009 le comptage annuel des oiseaux des jardins durant le dernier week-end de janvier. En partenariat avec Bretagne-Vivante qui coordonne l’opération dans les autres départements bretons, cette opération de science participative se veut à la fois un moment de sensibilisation et d’information sur les oiseaux les plus communs mais aussi un outil de connaissance sur l’évolution des populations de ces espèces qui connaissent, pour certaines, de dramatiques chutes d’effectifs ces dernières années. Pour preuve les résultats acquis au cours des cinq premières années qui permettent d’avoir une bien meilleure vision des peuplements d’oiseaux qui fréquentent notre région à cette période. A l’aide d’exemples concrets, cette conférence va permettre de voir sous un angle différent, les nombreuses espèces qui fréquentent nos jardins en hiver. L’impact et le rôle de l’Homme seront également discutés à travers l’exemple du nourrissage, de l’artificialisation…

La présence des oiseaux dans les jardins et autres espaces verts dépend essentiellement de la végétation. Dans un jardin qui leur est adapté, les oiseaux trouvent tout ce dont ils ont besoin pour vivre : une offre alimentaire vaste et diversifiée, un point d’eau pour boire et se baigner, des cachettes pour se reposer, ainsi que des possibilités de nidifier. Outre les oiseaux, beaucoup d’autres petits animaux peuvent profiter de ces conditions : hérissons, musaraignes, chauve-souris, crapauds, orvets, lézards, carabes, coccinelles, syrphes, chrysopes, abeilles et bourdons, entre autres exemples.

Les oiseaux des jardins se divisent en granivores (tourterelle turque, moineau domestique, pinson des arbres), insectivores (mésange bleue, rouge-queue noir) et nectarivores/frugivores (merle noir, rouge-gorge, étourneau).

La plupart des espèces nourrissent leurs petits avec des insectes. Ils ont donc besoin d’une offre abondante en insectes au printemps. Pour assurer celle-ci dans son jardin, il convient d’utiliser du compost comme fertilisant et de renoncer aux insecticides, herbicides, etc. Naturellement, les insectes sont plus nombreux sur les plantes indigènes que sur les plantes exotiques. Insectes et petits animaux trouvent refuge dans la couche de feuilles située sous les haies et dans les tas de feuilles. Une bordure herbacée le long des haies servira à la reproduction des insectes. Les larves hivernent en partie dans les tiges. Quand les prairies ne sont pas entièrement fauchées, les plantes peuvent fructifier et les insectes continuent à trouver du nectar. En outre, les œufs d’insectes pondus sur les tiges d’herbes peuvent mûrir. Les matières organiques issues de la cuisine et du jardin se décomposent sur le tas de compost et se transforment en terre riche en insectes et en nutriments.



UTL Quimper, boîte aux lettres 106, 1 Allée Monseigneur Jean-René Calloc'h, 29000 Quimper - Mentions légales