Présentation UTL Quimper
 
Conférences et exposés
 
Voyages d'études
 


- Ernest HEMINGWAY (1899-1961): De la vie romancée au roman vécu -

Ernest HEMINGWAY  ( 1899-1961)
 
De la vie romancée au roman vécu.
 
Reporter et romancier, Ernest Hemingway a obtenu le prix Pulitzer en 1953 et le prix Nobel en 1954.
 
Sa vie et son œuvre sont étroitement liées: il a vécu une vie romanesque, ayant participé directement, au mépris de tous les dangers  à la première et à la seconde guerre mondiale, et à la guerre civile espagnole (il a été très grièvement blessé en 1918 et décoré pour bravoure). Il a vécu aux Etats- Unis, bien sûr, mais ses plus grands romans, inspirés par les tourmentes qu’il a traversées et les expériences qu’il a connues, se situent surtout en France, en Italie, en Espagne, et à Cuba. On citera parmi les plus connus, L’adieu aux armes, Le soleil se lève aussi, Paris est une fête (souvent réédité, notamment en 2015 après les attentats qui ont endeuillé Paris), Pour qui sonne le glas, et Le vieil homme et la mer.
 
Il a vécu six années dans le quartier latin, dans les années vingt, côtoyant tous les artistes et auteurs en vogue à cette époque.
 
Son œuvre, immense, se caractérise par un style inimitable, à la fois dépouillé et précis, qu’il a acquis à ses débuts dans le journalisme. Ernest est une « éponge » : il absorbe tout ce qu’il voit, sent, entend, respire et ressent, et le restitue par les mots d’une telle façon que vous vivez ce qu’il décrit.
 
De son enfance passée au bord du lac Michigan, en pleine nature, il a conservé le goût de la pêche et de la chasse (auxquelles son père  l’avait initié), sports qu’il pratiquera tout au long de son existence, sur les continents américain et africain, et dans les eaux cubaines. Au cours de ses nombreux et réguliers séjours en Espagne, il développera une passion pour la tauromachie, à laquelle il consacrera plusieurs ouvrages.
 
L’amour et la mort l’accompagneront tout au long de son existence et de son œuvre. Ayant pris conscience  de son déclin intellectuel et physique, il mettra un terme à sa vie en se tirant un coup de fusil dans la tête.
 
« Et que lui arriva-t-il ? La gloire lui arriva.
Ancien combattant avant d’avoir vingt ans.
Célèbre à vingt-cinq, à trente un maître. »
                                                                        Archibald Mac Leish.
 
« Ce gars-là m’a sidéré au combat. A peine sorti de la bagarre, il voulait y retourner, « pour voir », comme il disait. Nous, on souhaitait surtout rentrer. »
                                                                       Un pilote de la Royal Air Force.
 
« Je tiens L’adieu aux armes pour le meilleur roman d’amour que l’on ait écrit depuis Stendhal.»
                                                                          André Malraux.


UTL Quimper, boîte aux lettres 106, 1 Allée Monseigneur Jean-René Calloc'h, 29000 Quimper - Mentions légales